PMC

La thérapie de remplacement de l’hormone de croissance (GHRT) utilisant l’hormone de croissance humaine recombinante (rhGH) a été adoptée par de nombreux praticiens de la gestion de l’âge comme l’une des méthodes les plus efficaces pour s’opposer à la sénescence somatique actuellement disponible. Cependant, son utilisation systématique est controversée car peu d’études cliniques ont été réalisées pour déterminer les risques potentiels d’un traitement à long terme. En outre, certaines questions médicales et juridiques n’ont pas été résolues, ce qui amène certains praticiens à restreindre leur utilisation du produit. Certains de ces problèmes incluent le fait que :

  • Un dosage incorrect peut entraîner des effets secondaires qui peuvent être graves chez certains patients,

  • L’injection de hGH crée des conditions d’exposition non naturelles à l’hormone qui peuvent éroder la physiologie normale,

  • Le Code des règlements fédéraux interdit spécifiquement l’utilisation de la rhGH chez les adultes, sauf pour le traitement du SIDA ou de la déficience en hormone de croissance humaine (GHD) diagnostiquée conformément aux directives régulièrement acceptées.

Bien qu’il existe une abondance d’informations montrant que l’administration à long terme de rhGH réduit la maladie intrinsèque et prolonge la vie chez les adultes souffrant de GHD pathogène, le consensus sur la question de savoir si l’extrapolation de ces données à la condition de vieillissement est justifiée n’a pas été atteint (Perls et al 2005). La plupart des préoccupations majeures découlent du fait que la rhGH est mitogène et peut réveiller des cancers latents, qu’une sélection incorrecte de la dose peut favoriser des troubles métaboliques tels que le diabète, et peut-être que la présentation pharmacologique peut exacerber le déclin de la fonction endocrinienne en déformant les interactions hormonales essentielles. Bien sûr, toutes ces préoccupations sont spéculatives et ne seront pas résolues tant que des preuves scientifiques suffisantes pour ou contre le THS ne seront pas accumulées. Dans l’intervalle, la valeur de la rhGH dans la GHRT continuera d’être débattue ; malheureusement, elle est davantage fondée sur des préjugés personnels que sur des informations objectives.

Malgré l’issue éventuelle du  » grand débat sur les hormones « , comme il a été intitulé dans les articles des médias (Landsmann 2006), certains aspects négatifs de la GHRT utilisant la rhGH ne peuvent être contestés et justifient la recherche d’une meilleure alternative. Par exemple, la présentation pharmacologique de l’hormone exogène ne peut être évitée puisqu’elle est administrée en bolus, par injection sous-cutanée. Comme la quantité de rhGH entrant dans la circulation générale n’est pas contrôlée par les mécanismes normaux de rétroaction, l’exposition des tissus à des concentrations élevées est persistante et peut éventuellement entraîner une tachyphylaxie et une efficacité réduite. De plus, comme l’organisme ne peut pas moduler l’exposition des tissus à la rhGH, le praticien doit  » deviner  » le dosage approprié en se basant sur des mesures sériques du facteur de croissance analogue à l’insuline-1 (IGF-1) et sur les commentaires subjectifs du patient concernant sa réaction à l’hormone. Ainsi, il semblerait qu’une ou plusieurs méthodes alternatives de GHRT qui contourneraient ces problèmes seraient d’une grande valeur tant qu’elles conserveraient les attributs positifs de la rhGH.

Une possibilité qui reçoit une attention croissante est l’utilisation de sécrétagogues de GH pour promouvoir la santé et la fonction hypophysaire au cours du vieillissement. Un exemple de telles molécules est le facteur de libération de l’hormone de croissance 1-29 NH2-acétate, ou sermoreline, qui a récemment été mis à la disposition des praticiens pour être utilisé dans la médecine de la longévité (Merriam et al 2001). D’autres alternatives incluent les peptides de libération de l’hormone de croissance actifs par voie orale qui sont actuellement développés par des sociétés pharmaceutiques. Certains d’entre eux se sont avérés efficaces pour améliorer les performances physiques des personnes âgées (Fahy 2006). Cependant, il est peu probable qu’ils soient commercialisés avant plusieurs années. D’autre part, la sermoreline, un analogue de l’hormone de libération de l’hormone de croissance (GHRH) naturelle dont l’activité diminue au cours du vieillissement, pourrait actuellement offrir une alternative plus immédiate et meilleure que la rhGH pour la GHRT dans le vieillissement (Russell-Aulet et al 2001). Cette molécule a été produite commercialement et commercialisée pendant de nombreuses années comme alternative à la rhGH pour une utilisation chez les enfants présentant un retard de croissance, mais elle n’a pas pu concurrencer la rhGH et a été retirée comme entité thérapeutique par le fabricant. Paradoxalement, la sermoreline a échoué en tant qu’agent de stimulation de la croissance chez les enfants pour la raison même qu’elle constitue une meilleure alternative à la rhGH chez les adultes vieillissants. Les enfants présentant un déficit de croissance ont besoin de doses d’hormone de croissance plus élevées que celles qui peuvent être obtenues en stimulant la production de leur propre hormone, alors que les effets bénéfiques de la sermoreline sur la fonction hypophysaire et la simulation de la dynamique sécrétoire de l’hormone de croissance de la jeunesse chez les adultes vieillissants ont peu d’effet sur le taux de croissance des enfants. Contrairement à la rhGH exogène qui provoque la production de l’hormone bioactive IGF-1 à partir du foie, la sermoreline simule l’hypophyse du patient en se liant à des récepteurs spécifiques pour augmenter la production et la sécrétion de la hGH endogène. Comme la sermoreline augmente l’hGH endogène en stimulant l’hypophyse, elle présente certains avantages physiologiques et cliniques par rapport à l’hGH, notamment :

  • Les effets sont régulés par une rétroaction négative impliquant la neurohormone inhibitrice, la somatostatine, de sorte que, contrairement à l’administration de rhGH exogène, les surdoses de hGH endogène sont difficiles, voire impossibles à réaliser,

  • En raison des effets interactifs de la séromoréline et de la somatostatine, la libération de hGH par l’hypophyse est épisodique ou intermittente plutôt que constante comme avec la rhGH injectée.

  • La tachyphylaxie est évitée parce que la libération de hGH hypophysaire induite par la sermoréline n’est pas en « onde carrée », mais simule plutôt une physiologie plus normale,

  • La sermoréline stimule la transcription génique hypophysaire de l’ARN messager de la hGH, augmentant la réserve hypophysaire et préservant ainsi une plus grande partie de l’axe neuroendocrinien de l’hormone de croissance, qui est le premier à défaillir au cours du vieillissement (Walker et al 1994).

  • La recrudescence hypophysaire résultant de la sermoreline permet de ralentir la cascade de défaillance hormonale hypophysaire qui se produit au cours du vieillissement préservant ainsi non seulement une anatomie jeune mais aussi une physiologie jeune (Villalobos et al 1997).

Enfin, il y a la question de la pratique légale. Contrairement à la rhGH dont l’utilisation clinique est soumise à des restrictions légales, la prescription hors indication de la sermoreline n’est pas interdite par la loi fédérale. Elle peut donc être utilisée et évaluée avec soin par le praticien afin de déterminer objectivement si elle apporte de plus grands bénéfices avec moins de risques pour ses patients. Pour soutenir cet effort, la Society for Applied Research in Aging fournira gratuitement de la sermoreline, sur une base concurrentielle, aux praticiens désireux d’étudier ses effets dans des conditions de protocole et de présenter les résultats dans une revue à comité de lecture telle que Clinical Interventions in Aging. Espérons que, grâce à de tels efforts, nous pourrons contribuer à l’élaboration d’un paradigme pour la GHRT fondée sur des preuves dans la gestion clinique de l’âge.

Pour plus d’informations sur cet effort et pour participer au protocole, veuillez [email protected]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *